Vous êtes ici

Le(s) nouveau(x) visage(s) de LAIKA

Le(s) nouveau(x) visage(s) de LAIKA


« Le fait de pouvoir disposer d’une imprimante 3D, telle que Stratasys J750, qui est reproductible et précise avec sa gamme complète de couleurs et de matériaux, nous a donné l’idée de pouvoir réaliser cette animation personnalisée coup par coup »
Brian McLean, LAIKA

La technologie d'impression Voxel permet de réaliser une animation faciale entièrement personnalisée

DE NOUVEAUX VISAGES DANS LE MONDE DU STOP-MOTION

Les créateurs primés de stop-motion chez LAIKA ne cachent pas que les milliers de visages utilisés dans chacun de leurs films sont imprimés en 3D. Les animateurs de films tels que « Coraline » et « ParaNorman », « The Boxtrolls » et « Kubo and the Two Strings » comptent sur la technologie additive pour créer une animation faciale naturaliste sur le visage des marionnettes stop motion. Ce qui confère aux films cet aspect distinctif. « L’idée était de tirer parti de la puissance de l’ordinateur et de ces technologies d’impression 3D émergentes afin de tenter d’améliorer les performances faciales ou de pousser les performances d’un personnage dans une toute autre dimension», a déclaré Brian McLean, directeur du prototypage rapide chez LAIKA.

Depuis plus de dix ans, la technologie additive est un pilier de la création chez LAIKA, évoluant sans cesse au gré de la vision artistique de plus en plus ambitieuse et des progrès rapides de l’impression 3D et des logiciels. « C’est vraiment un processus insensé. Nous avons pris l’impression 3D et nous l’avons fusionnée avec cette technique d’animation stop motion et de remplacement très ancienne, ce qui a obligé les deux technologies et techniques à travailler ensemble pour des performances incroyables et des résultats étonnants », a déclaré McLean.

McLean a reçu un prix scientifique et d'ingénierie de l'Academy of Motion Pictures Arts and Sciences en 2016, pour avoir initié l'utilisation du prototypage rapide de l'animation de personnages dans la production de films en stop motion. Pour sa part, LAIKA recherche l’innovation à chaque tournant, sans jamais se contenter de ce qui a déjà été fait. « Il nous faut beaucoup de temps pour décider de la sensation d'un nouveau film », a déclaré McLean. « Il y a beaucoup d'expérimentation à faire avant d'arriver à l'apparence des personnages et à la sensation du film. » LAIKA se targue également de créer des histoires de plus en plus complexes dans chaque film et « afin de raconter une histoire très complexe, vous souhaitez pouvoir voir et suivre le parcours émotionnel de ce personnage », a déclaré McLean. « La qualité de l’impression 3D et l’efficacité avec laquelle nous imprimons ces visages ont atteint un point tel que chaque réalisateur souhaitait personnaliser son contenu.»

Une technologie poussée par la créativité

« La décision de pousser la technologie est très motivée par la créativité », a déclaré McLean. Après le succès de « Coraline », LAIKA a réalisé à la fois le pouvoir de l’impression 3D et ses limites actuelles, à savoir le fait de devoir peindre à la main chaque visage. « Je me souviens encore d'avoir eu des entretiens avec la réalisatrice de « Coraline » et négocié le nombre de taches de rousseur que « Coraline » avait sur chaque côté de son visage, car nous savions qu'un peintre devait peindre à la main chacune d’elles. »

Au début de la planification de leur quatrième film, « Kubo and the Two Strings », les créateurs de Laika ont constaté qu’il n’était pas possible de concevoir les trois personnages clés du film avec la technologie d'impression 3D actuellement utilisée par le studio. « J'ai donc appelé Stratasys », a déclaré McLean, « et bien qu’il ait fallu du temps pour s’en convaincre parce que ce n’était que le début », l'équipe s’est associée avec Stratasys afin de participer au test bêta de sa première imprimante 3D en couleurs, Objet Connex3 ™. « C’était une alliance très puissante qui nous a permis de percer immédiatement dans ce monde de l’impression plastique en couleurs. Nous avons pressenti que le Connex3 n’était que le début de leur parcours. Et nous avons eu raison. » L'une des choses qui a le plus enthousiasmé LAIKA avec « Kubo and the Two Strings », « c’est que nous nous sommes embarqués dans quelque chose de vraiment unique. Pour la première fois, nous prenons du matériel chez une entreprise et co-développons le logiciel. Et personnalisons après le logiciel pour nos besoins. En travaillant avec Jon Hiller, un développeur de logiciels indépendant, et Stratasys, nous avons pu déverrouiller les capacités cachées de l’imprimante Connex3 de Voxel», a déclaré McLean. « En ce faisant, nous avons pu créer des visages, imprimés en 3D en plastique et en couleurs, sophistiqués et sans précédent, pour Monkey, Beetle et Moon Beast.»

La prochaine étape du partenariat entre LAIKA et Stratasys a commencé lorsque le studio a été invité à devenir un client bêta de la Stratasys J750 ™, la première imprimante 3D polychrome et multi-matériaux. En raison de la longue histoire entre LAIKA et Stratasys, ils ont créé un partenariat unique avec Fraunhofer, les créateurs du logiciel Cuttlefish. Ceci a permis à LAIKA d’accéder rapidement au logiciel Voxel Print sur le Stratasys J750. L’imprimante 3D révolutionnaire compte 360 000 combinaisons de couleurs différentes. Avec Voxel Print, cette capacité croît de manière exponentielle et est combinée à la possibilité de composer de nouvelles textures et de nouveaux dégradés, permettant ainsi d’imprimer en 3D avec une précision extraordinaire. « C’est ce que nous utilisons dans « Film Five » », a déclaré McLean. « En gros, nous avons maintenant un flux de travail qui nous permet de faire asseoir un animateur, d’animer une seule ligne de dialogue, en particulier pour ce one-shot dans le film. Nous sommes en mesure de l’imprimer, de le traiter et de le livrer à la fois. »

La volonté de LAIKA de créer des performances animées en stop-motion sans précédent les a amenés à repousser les limites de la technologie d’impression 3D qu’ils utilisent. « Coraline » avait environ 20 000 visages, « ParaNorman » en avait 40 000, « The Boxtrolls » en avait 56 000, « Kubo » en avait 64 000 et « nous sommes sur le point de produire entre 85 000 et 90 000 visages pour notre prochain film », a déclaré McLean. « La seule raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons est pour la performance », a déclaré McLean. « Tout est dans l’idée que nous puissions raconter des histoires qui n’ont jamais pu être racontées dans une animation stop motion ».

Selon McLean, « le fait de pouvoir disposer d’une imprimante 3D, telle que la Stratasys J750, qui est reproductible et précise avec sa gamme complète de couleurs et de matériaux, nous a donné l’idée de pouvoir réaliser cette animation personnalisée coup par coup ». La relation qui existe entre LAIKA et Stratasys depuis une dizaine d’années « a été renforcée film après film. C’est ce niveau de confiance qui nous permet de continuer à nous pousser mutuellement de manière très positive et je suis excité de continuer à forger cette relation sur notre prochain film et dans les films à venir », a déclaré McLean.

Légende : 

  • Figure 1 : Le mur des visages (imprimés en 3D) à l’exposition de LAIKA au Portland Art Museum intitulée « Animer la vie : l’art, la science et les merveilles de LAIKA».
  • Figure 2 : Monkey dans “Kubo and the Two Strings”, le quatrième long métrage de LAIKA
  • Figure 3 : Moon Beast dans « Kubo and the Two Strings », la première marionnette stop-motion entièrement imprimée en 3D.

 

 

Popup

Webinaire

Découvrez l'association MakerBot Method + SolidWorks.

Le Vendredi 28 Juin à 11h
Animé par Eric Montero et Olivier Pichot

S'inscrire au webinaire