L’impression 3D MedTech aide les chirurgiens à anticiper et valider le meilleur traitement pour un patient

L’impression 3D MedTech aide les chirurgiens à anticiper et valider le meilleur traitement pour un patient

Alors que l’impression 3D de modèles médicaux spécifiques à un patient évolue en tant que norme dans la planification pré-chirurgicale de procédures complexes, l’industrie des dispositifs médicaux subit elle aussi de profonds changements. BIOMODEX, une startup spécialisée dans la médecine numérique basée à Paris, a annoncé plus tôt dans le courant de ce mois qu’elle avait ajouté 15 millions de dollars à ses financements de série A, portant le total à 18,5 millions de dollars pour financer son introduction dans le segment de la planification chirurgicale.

Le logiciel breveté INVIVOTECH de BIOMODEX, associé à des imprimantes 3D multi-matériaux ultramodernes, comme le modèle Stratasys J750, crée de nouveaux matériaux adaptés au comportement biomécanique complexe des tissus humains. Ce qui permet de produire des modèles médicaux précis et détaillés à partir de fichiers de haute qualité issus de l’algorithme breveté.

Voilà ce que Thomas Marchand, président et cofondateur de BIOMODEX, dit à propos d'INVIVOTECH : “C'est l'algorithme qui construit le matériau composite et qui distribue les différents matériaux à l’échelle du micron. Nous pouvons contrôler chaque goutte de matériau pour correspondre à notre cible mécanique. Nous inventons de nouveaux matériaux composites grâce à cet algorithme.”

Cette solution innovante de BIOMODEX aidera les chirurgiens à prévoir quel sera le meilleur traitement pour leurs patients et offrira une expérience unique en matière de planification et de pratique pour réduire les risques et améliorer les résultats pour les patients. “Notre vision est que nos modèles personnalisés, imprimés en 3D et spécifiques à chaque patient, puissent aider les chirurgiens à mieux comprendre l’anatomie unique de leur patient - ils pourront ainsi planifier les procédures les plus complexes de manière optimale. Notre objectif est d'aider les chirurgiens à choisir le meilleur dispositif médical et la meilleure stratégie opérationnelle pour réduire les risques et améliorer les résultats médicaux et financiers. "

Les avantages d'améliorer les soins chirurgicaux et les résultats

D’après les statistiques, une chirurgie sur six aux États-Unis connaît une complication, ce qui porte le coût total d'une procédure à 36 060 $, soit 119% de plus que le coût moyen d'une procédure sans complication. Cela représente en moyenne un coût supplémentaire de 19 626 dollars (1).

Au cours des dernières décennies, de nombreux efforts ont été déployés pour améliorer la qualité des soins chirurgicaux (2-7). Rien qu’aux États-Unis, plusieurs initiatives politiques émergentes visent à imputer les coûts des complications aux hôpitaux qui en sont responsables, et baisser les remboursements Medicare pour les hôpitaux sous-performants, qui ont des taux de réadmission et de maladies nosocomiales élevés, des complications chirurgicales, et une faible satisfaction du patient.

BIOMODEX a remporté son pari et est aujourd’hui bien placé pour tirer parti de cette tendance croissante dans le monde entier qui vise à réduire les coûts des soins de santé et prodiguer des soins fondés sur la qualité en donnant la priorité aux résultats patients plutôt qu’à la capacité de traitement.

«La première levée de fonds de 3,6 millions de dollars en 2016 nous a permis de développer EVIAS, un produit unique dans le domaine de la neuroradiologie interventionnelle, visant à réduire les risques opérationnels lors du traitement des anévrismes intracrâniens», déclare Marchand. «Le dernier financement servira à développer de nouveaux produits dans le domaine de la cardiologie interventionnelle et à permettre l’ouverture d’une nouvelle usine de fabrication à l’extérieur, plus précisément à Boston, dans les Massachusetts. Boston est un endroit idéal pour nous avec sa Mecque de centres médicaux de renommée mondiale et sa forte concentration de sociétés de dispositifs médicaux, car nous voulons évoluer et grandir dans nos racines entrepreneuriales.”

Faire progresser les innovations Medtech imprimées en 3D

Interrogé sur les projets futurs de son entreprise, M. Marchand a annoncé son intention de lancer son premier produit dans le secteur cardiovasculaire lors de la prochaine réunion de Transcatheter Cardiovascular Therapeutics (TCT) en septembre. Connu sous le nom de LAACS, il s'agit d'un logiciel unique permettant la modélisation de l'appendice auriculaire gauche du patient et sera disponible à l'achat en 2019.

dispositif-medical-biomodex.jpg

D’un autre côté, Marchand envisage d’ouvrir un centre de services permettant aux utilisateurs de PolyJet de tirer parti de l’expertise de BIOMODEX en leur envoyant leurs fichiers d’image, tels que les IRM et les tomodensitométries, pour les optimiser avant de les imprimer. "Cela renforcerait certainement l'utilisation de l'impression 3D dans la planification pré-chirurgicale, dans laquelle l'expertise technique en matière de segmentation et de préparation de dossier fait défaut et où la disponibilité est limitée."

BIOMODEX voit de plus en plus d’acceptations alors que la jeune entreprise poursuit son bonhomme de chemin. En 2017, la société 3D a imprimé plus de 1 000 modèles médicaux et devrait faire cinq fois plus en 2018, selon Marchand. Il attribue l'assistance et les outils de Dassault Systèmes, ainsi que l'aide fournie par l'accélérateur de laboratoire 3DEXPERIENCE, à la croissance et au succès de BIOMODEX, une entreprise à surveiller de près.

 

References

  1. Healy MA, Mullard AJ, Campbell DA, Dimick, JB. Hospital and payer costs associated with surgical complications. JAMA Surg. 2016; 151(9):823-830. Surg.2016.0773.
  2. Chassin MR, Galvin RW. Institute of Medicine National Roundtable on Health Care Quality. The urgent need to improve health care quality. JAMA. 1998; 280(11):1000-1005.
  3. O’Connor GT, Plume SK, Olmstead EM, et al. The Northern New England Cardiovascular Disease Study Group. A regional intervention to improve the hospital mortality associated with coronary artery bypass graft surgery. JAMA. 1996; 275(11):841-846.
  4. Khuri SF, Daley J, et al. Principal Investigators of the Patient Safety in Surgery Study. Successful implementation of the Department of Veterans Affairs’ National Surgical Quality Improvement Program in the private sector: the Patient Safety in Surgery Study. Ann Surg. 2008; 248(2):329-336.
  5. Birkmeyer NJ, Birkmeyer JD. Strategies for improving surgical quality: should payers reward excellence or effort? N Engl J Med. 2006; 354(8):864-870.
  6. Campbell DA Jr, Kubus JJ, Henke PK, HuttonM, Englesbe MJ; The Michigan Surgical Quality Collaborative. The Michigan Surgical Quality Collaborative: a legacy of Shukri Khuri. Am J Surg. 2009; 198(5 )(suppl):S49-S55.
  7. Waljee JF, Birkmeyer NJ. Collaborative quality improvement in surgery. Hand Clin.2014; 30(3):335-343, vi.

Publié le 17 Décembre 2018